Radio Londres

BLOOR Edward

New Jersey, de nos jours. Martin est mal √† l’aise avec la saga familiale comme avec les festivit√©s du lyc√©e All Souls o√Ļ s’√©l√®ve l’All√©e des h√©ros. Des soup√ßons se font jour sur leur attitude au d√©but de la deuxi√®me guerre mondiale quand le g√©n√©ral Lowery, fondateur de l’√©tablissement, √©tait attach√© d’ambassade en Angleterre, et Martin Senior secr√©taire de l’ambassadeur Kennedy. √Ä l’√©coute de l’antique radio l√©gu√©e par sa grand-m√®re, Martin est transport√© √† Londres, en d√©cembre 1940, o√Ļ le jeune Jimmie l’appelle au secours.¬†Ce retour vers le pass√© √©voque les bombardements et le courage des habitants : pompiers surmen√©s, abris construits √† la va-vite, etc. Le r√©cit r√®gle aussi des comptes avec l’h√©ro√Įsme des dirigeants – Roosevelt, Churchill… –, rappelle les r√©ticences √† l’entr√©e en guerre des Am√©ricains tenants d’un accord avec Hitler comme l’ambassadeur Kennedy, et d√©nonce la couardise du ¬ę h√©ros ¬Ľ Lowery. Volont√© d√©monstrative et √©vocation de personnages historiques cadrent mal avec une note spirite fortement pr√©sente dans la conclusion, et avec la mission √† usage unique de Martin : ¬ę il faut sauver ¬Ľ le p√®re de Jimmie. Entre mystique vague et th√®se historique, on perd le fil d’un roman d’aventure porteur d’un message de compassion pour les populations d√©cim√©es.