Peine perdue.

ROCHUT Laurent

& &

 

Ce roman qui a la forme d‚Äôune lettre de rupture d‚Äôun fils √† sa m√®re mal aimante, entra√ģne le lecteur dans la confession violente d‚Äôun enfant de mai 68. Abandonn√© par son p√®re √† l‚Äô√Ęge de trois ans, le h√©ros, Julien, revient par touches successives sur ce que furent son enfance, son adolescence, sa jeunesse. Au fil des paragraphes, il m√™le le pr√©sent et le pass√©, la souffrance d‚Äô√™tre un b√Ętard dans un milieu bourgeois tr√®s conventionnel. Son histoire personnelle s‚Äô√©largit sur une critique acerbe des soixante-huitards, de la guerre des Balkans, du milieu universitaire. Il dresse un r√©quisitoire incisif de la politique et de la soci√©t√© fran√ßaises √† la fin du XXe et au d√©but du XXIe si√®cle.

 

Pour ce premier roman, Laurent Rochut m√®ne cette confession d‚Äôune plume alerte gr√Ęce √† des phrases courtes et percutantes. Le lecteur accompagne le h√©ros dans sa re-naissance. Les mots l‚Äôaident √† mettre un nom sur cette souffrance de mal-aim√©. L‚Äô√©criture est une reconstruction qui lui permet de choisir la vie plut√īt que la r√©volte. Roman o√Ļ se m√™le s√Ľrement beaucoup d‚Äôautobiographie.