Orgueilleuse.

LARDREAU Suzanne

¬ę¬†Fille de tondue¬†¬Ľ, ¬ę¬†enfant de Boche¬†¬Ľ mais surtout nourrisson d√©laiss√© par sa maman de dix-sept ans, Suzanne la b√Ętarde fut berc√©e d’injures. Orgueilleuse, la dame qui avait voulu l’adopter donna cette explication avant de la rendre √† l’Assistance publique. Commence alors, en 1946, √† quatre ans, la vie d’orphelinat sous la f√©rule de religieuses impitoyables ; le froid, la faim, les ordures √† charrier, le vin √† aller mendier dans les fermes pour la congr√©gation‚Ķ La petite r√©siste √† tout puis se rebelle √† l’adolescence, passe son certif, son bac et s’en sort brillamment parce qu’elle avait une ¬ę¬†sacr√©e trempe¬†¬Ľ. Sa m√®re reste en filigrane dans sa vie. Suzanne la retrouve √† l’√Ęge adulte pour s’en d√©tacher enfin et, toute honte bue, pardonner.

Ce r√©cit-t√©moignage de Suzanne Lardreau, rayonnante grand-m√®re, frappe par son optimisme et l’humour f√©roce des pages √Ępres √† la Jules Renard. Dans la veine des ¬ę Choristes ¬Ľ, ce huis clos au sein des orphelinats d’antan fait vibrer les coeurs sans tomber dans le m√©lo s√©pia.