Mathilde, princesse Bonaparte.

PICON J√©r√īme

Mathilde, fille de J√©r√īme, le dernier fr√®re de Napol√©on et ancien roi de Westphalie, naquit en 1820 √† Trieste o√Ļ s’√©taient r√©fugi√©s ses parents apr√®s Waterloo. Ayant abandonn√© l’√©ventualit√© d’un mariage avec son cousin Louis, le futur Napol√©on III, Mathilde devint, en 1840, au gr√© des p√©r√©grinations de sa famille, l’√©pouse d’un richissime prince russe, Anatole Demidoff. Elle s’en s√©para six ans plus tard, non sans avoir habilement n√©goci√© de substantiels arrangements financiers. Install√©e √† Paris en 1846, elle prit des contacts avec l’entourage de Louis-Philippe. Apr√®s 1848, le cousin Louis devint pr√©sident de la R√©publique puis empereur. Tenant un salon litt√©raire et artistique, active et efficace dans la course aux places, son r√īle de collaboratrice ira s’accentuant jusqu’√† la chute de 1870, dont elle sut s’accommoder. Fi√®re de son ascendance, amie de Thiers, des fr√®res Goncourt, de Flaubert et de bien d’autres, elle meurt en 1904, laissant quelques carnets de souvenirs.

Le principal intérêt de cette biographie brouillonne est de plonger le lecteur patient dans les remous du XIXe siècle et les tourbillons de la vie mondaine.