Marx et la poupée

MADJIDI Maryam

Fille d’opposants communistes dans un Iran bouleversé par la révolution, Maryam Madjidi ressent les soubresauts de la violence politique dès le début de sa vie à l’intérieur du ventre maternel. De sa petite enfance elle garde des images mêlées d’angoisse et de tendresse. Délaissant la politique, ses parents décident de s’exiler en France. Pour Maryam cette deuxième naissance se fait dans la douleur : déchirement de quitter le pays natal, séparation de sa grand-mère adorée… Il lui faut ensuite oublier sa langue maternelle pour se fondre dans le français et reprendre racine. Maryam Madjidi restitue son enfance d’une écriture originale, par petites touches. Elle avance comme le ferait sa mémoire en balançant entre présent et passé, faisant resurgir les images marquantes, dialoguant fictivement avec ses proches, mettant à distance parfois la petite fille qu’elle était. Ces bribes de mémoire racontent le chagrin de l’exil, l’équilibre difficile à trouver lorsque l’on se construit sur deux langues : le persan et le français. Son coeur balance. Oublier l’une pour posséder l’autre ? Revenir à ses origines ? Le récit d’une grande finesse est tour à tour réaliste, onirique, émouvant et d’une élégante légèreté. (F.E. et C.B.)