Malarrosa

RIVERA LETELIER Hern√°n

Atacama, d√©sert chilien hostile entre Cordill√®re et Oc√©an. La pluie est exceptionnelle, la vie organique quasi absente et le salp√™tre abondant. Son exploitation a attir√© les hommes, mais au d√©but du XXe si√®cle elle d√©cline. Les r√©voltes ouvri√®res sont r√©prim√©es dans le sang. Yungay, village bruissant de drames, de sexe, de parties de poker hom√©riques et de pugilats, agonise, abandonn√© par ses habitants. Restent Oliverio le colosse au coeur d‚Äôargile, Imperio, la ¬ę Madame ¬Ľ du bordel, Morgano le travesti, Saladino le flambeur malchanceux et sa fille Malarrosa, adolescente fine et silencieuse, m√Ľrie trop t√īt. Quel avenir pour elle dans ce monde min√©ral et brutal ?

 

Comme dans Le virtuose (NB mars 2008), l’auteur scénarise le microcosme misérable mais jamais doloriste de cette terre minière ingrate. Il le fait sans amertume, mais, bien au contraire, avec imagination, tendresse et cocasserie. Très présents, les personnages sont, sauf Malarrosa, tonitruants, hauts en couleur et vindicatifs. Les scènes truculentes se succèdent et le style plein de verve, d’élans lyriques quand il faut évoquer le chant des pierres ou le mirage du ciel, crée une atmosphère d’une réelle intensité.