Les Requins de Trieste.

HEINICHEN Veit

Ce 17 juillet 1999 le commissaire Proteo Laurenti, chef de la police de Trieste, va devoir oublier ses soucis personnels. Le bateau de Bruno de Kropfersberg vient d’être retrouvé sur la côte, vide. En 1977, Laurenti avait soupçonné cet homme d’avoir assassiné sa femme sans pouvoir le prouver et, depuis, la firme d’import-export Kropfersberg avait prospéré. Trieste est un carrefour où se croisent Albanais, Croates, Slovènes, Russes, l’aide à la Turquie y transite. Tandis qu’un requin rôde dans le port, un banquier, un haut fonctionnaire, des hommes d’affaires et des représentants de la mafia calabraise se rencontrent dans la ville. Le commissaire s’attaque à un vaste réseau de corruption, prostitution et blanchiment d’argent sale.

 

Ce livre de l’écrivain autrichien Veit Heinichen est le premier traduit en français. Son héros, dont c’est la quatrième enquête, a une vie de famille, il aime sa ville et les eaux tièdes de l’Adriatique. On suit avec plaisir cet homme sympathique, têtu et perspicace, dans une affaire embrouillée à souhait, aux nombreux personnages.