Les papas du dimanche.

EPENOUX François d'

Un pĂšre divorcĂ© reçoit ses trois enfants un week-end sur deux. Dans son petit appartement de cĂ©libataire, entre matelas installĂ©s au salon, devoirs de maths, repas hamburgers-coquillettes-crĂšme caramel, il fait de son mieux pour ramasser les miettes que lui a laissĂ©es la garde partagĂ©e. Du petit dĂ©jeuner Ă  la sĂ©paration douloureuse du dimanche soir, oĂč il doit rĂ©accompagner ses enfants chez leur mĂšre, il improvise, rit, joue et parfois perd patience quoique son autoritĂ© vacille au moindre sourire de sa cadette. AprĂšs tout, il veut profiter des maigres heures qu’ils passent ensemble, il ne manquerait plus que les enfants aient peur de lui. On suit cette famille le temps d’une journĂ©e d’hiver dans ses pĂ©riples autour du manĂšge, au jardin d’Acclimatation oĂč il y a plusieurs autres « papas du dimanche ».

 

François d’Epenoux (cf. Les bobos me font mal, NB avril 2004) propose, dans son sixiĂšme roman, une chronique fataliste mais amusante d’un vĂ©ritable phĂ©nomĂšne de sociĂ©tĂ©, racontĂ© avec amertume et frustration mais aussi avec beaucoup de tendresse, d’humour et de bienveillance.