Les figurants

SHIMONI Youval

&

 

Pendant que le gardien s‚Äôaffaire avec une putain, un √©tudiant des Beaux-Arts fait subrepticement entrer dans une morgue trois clochards, √† titre de mod√®les, pour r√©aliser une version contemporaine de ¬ę¬†La d√©ploration du Christ¬†¬Ľ de Mantegna¬†(XVe si√®cle) ; l’un d’eux couch√© dans un tiroir repr√©sente le Christ. Pendant la s√©ance de pose, le jeune peintre et les clochards d√©veloppent un long dialogue o√Ļ se m√©langent le r√©cit de leur d√©gradation sociale, du jour o√Ļ ils perdirent travail et toit, et l’√©vocation d’une ancienne passion amoureuse du mendiant ivre. D‚Äôun flux in√©puisable de paroles et de souvenirs, resurgit leur pass√© embelli, puis leur descente irr√©m√©diable aux enfers.

 

Tissé de digressions incessantes et d’une multiplicité de détails désagréables, ce roman n’est pas facile à appréhender. Cependant, certaines pages ne manquent pas de souffle et l’auteur manie un style évocateur. Mais pourquoi éditer un livre constitué du deuxième chapitre de Tiroirs, publié en 2004 ?