Les derniers soldats du roi

CORTI Eugenio

Suite √† l’armistice (septembre 1943), l’Italie est partag√©e en deux. Le Nord est occup√© par les Allemands, le Sud par les Alli√©s. Rescap√© de l’infernale retraite de Russie relat√©e dans La plupart ne reviennent pas (NB d√©cembre 2003), humili√© par la honteuse d√©bandade de ses compatriotes, Eug√®ne Corti traverse les Abruzzes pour rejoindre ¬ę¬†le corps de lib√©ration italien¬†¬Ľ en recomposition dans les Pouilles. Il combat √† c√īt√© des Anglais contre le joug nazi. ¬†Ce r√©cit d√©taill√© √©vite l’ennui gr√Ęce au talent de conteur de Corti : pertinentes remarques sugg√©r√©es par la pittoresque diversit√© des populations rencontr√©es (grandeurs et d√©ch√©ances d√©masqu√©es avec humour), √©vocation de la po√©sie des admirables campagnes d√©sert√©es m√™me par le chant des oiseaux. Par l’√©vocation de tant d’amis disparus, il fait revivre sa solidarit√© avec ses soldats, ses inqui√©tudes pour son pays en plein chaos, ses fortes convictions chr√©tiennes, d’√©ph√©m√®res rencontres f√©minines. ¬†T√©moignage vibrant d’√©motion, un peu prolixe, d’un combattant des premi√®res lignes participant √† la lib√©ration de son pays.