Les braconniers d’histoires

HUSTON Nancy

C’est ainsi que Ecrivain A raconte √† Ecrivain B que, dans un caf√© quelque part au Moyen-Orient, un vieil homme, tr√®s pauvre mais inv√©t√©r√© joueur de d√©s, avait tout perdu. La coutume √©tant que le perdant paye la tourn√©e aux gagnants, il ne put s’acquitter de sa dette aupr√®s du patron. Celui-ci d√©cida alors de garder le seul bien du vieillard, son dentier, jusqu’au remboursement de sa dette, lui accordant toutefois l’autorisation de revenir chaque soir au caf√© pour manger son sandwich ! S√©duit par cette histoire, Ecrivain B s’en empare, la transforme, l’am√©liore et l’ins√®re dans un recueil de nouvelles. Quant √† l’Ecrivain C, Nancy Huston, elle ¬ę tricote ¬Ľ le tout pour en faire cette farce litt√©raire parfaitement construite et cisel√©e : d√©monstration vivante de l’exploitation des moindres fragments de r√©alit√© que peut rencontrer un √©crivain. Des images surr√©alistes cr√©ent une ambiance qui convient bien au texte. Elles accompagnent pas √† pas chaque √©tape du r√©cit, que le th√®me, dans sa ¬ę technicit√© ¬Ľ, adresse aux plus grands.