L’entretien des sentiments.

PASCALE Antonio

& &

 

Il y a le mal-être d’un couple ; l’obésité d’un enfant qui perturbe son père ; le désarroi des classes moyennes qui envient les bourgeois aisés ; la lumière qui s’obscurcit lorsque le petit voyou se fait tuer (émouvant) ; les moeurs des banlieues, le racket dans les chantiers où l’on tire froidement dans le dos du voisin (horrifiant) ; le dédoublement suicidaire d’un narrateur (macabre) ; l’ambiguïté de la joie de vivre à Rome où les filles sont désirables mais se déclarent incapables de passer la vie avec un compagnon ; et puis les employés ministériels bardés de diplômes mais oisifs faute de tâche à accomplir (morceaux de bravoure) ; enfin la comédie de la démocratie, les hauts fonctionnaires rédigeant à dessein des circulaires dans un langage obscur.

 

L’auteur, né dans l’Italie du Sud, vit à Rome. Il exprime dans ces neuf nouvelles, avec beaucoup de talent et d’habileté dans le choix des mots, un grand désenchantement. « La fenêtre de l’appartement donnait sur le néant » pourtant, dit-il, « il y a toujours un moment d’espoir. »