Le Vieux Puits

SZAB√ď Magda

Les nombreux lecteurs de Magda Szab√≥ – on se rappelle en particulier Le Faon (N.B. mars 2008) – d√©couvriront ici l’enfance enchant√©e qui a nourri son oeuvre. Issus de familles aristocratiques, fort imp√©cunieux, ses extraordinaires parents, l’un et l’autre √©crivains et musiciens n√©s, de surcro√ģt √©rudits, l’ont √©lev√©e dans une atmosph√®re magique o√Ļ l’imaginaire, le go√Ľt du jeu et de l’intelligence ont transcend√© un quotidien difficile, illumin√© par leur p√©dagogie fantaisiste. Enfant unique fragile, Magda revoit le Vieux Puits de la cour, fascinant et dangereux. En ressortent en vignettes color√©es les portraits de ses merveilleux parents, de leur parent√®le, de ses compagnons de jeu‚Ķ D’autres ressuscitent ses √©motions d’enfant passionn√©e, patriote √† l’extr√™me, ses r√©flexions d’alors sur le temps, la mort, l’amour. Les rues, les commer√ßants, le march√© de sa ch√®re petite ville s’animent‚Ķ Avant de mourir, Magda Szab√≥ a laiss√© l√† un bien joli hommage √† ceux qui l’ont √©lev√©e, au vrai sens du terme.

M.W.