Le Supplice du santal.

MO YAN

Derni√®re moiti√© du XIXe si√®cle : l’imp√©ratrice Cixi affronte la guerre des Boxers, entrouvre son pays √† une timide modernit√©. √Ä Gaomi (nord-est de la Chine), o√Ļ se situait d√©j√† Le ma√ģtre a de plus en plus d’humour (NB juin 2005), des Allemands construisent le chemin de fer, suscitant une r√©volte de paysans conduite par Sun Bing, chanteur d’Op√©ra, h√©ros de la r√©sistance‚Ķ Ma√ģtresse du sous-pr√©fet, sa s√©duisante fille est aussi‚Ķ la belle-fille de Qing, bourreau officiel, efficace, inventif, qui fera du supplice de Sun Bing son chef-d’oeuvre th√©√Ętralis√©. Voici donc les acteurs de l’‚ÄúOp√©ra √† voix de chat‚ÄĚ, sp√©cificit√© chinoise dont l’origine est populaire ; les codes et les symboles s’expriment dans ce long roman √† l’indicible cruaut√©. Mise en abyme‚Ķ o√Ļ les protagonistes r√©v√®lent avec un r√©alisme effarant les tortures inflig√©es et un quotidien mis√©rable sous la toute-puissance des mandarins.

 

L√©gendes, paraboles, traditions orales, r√©alit√© historique s’entrecroisent. Pr√©c√©d√©s d’un prologue, ‚Äúdits‚ÄĚ et r√©citatifs alternent avec les m√™mes exc√®s qui risquent de heurter des sensibilit√©s et de masquer l’int√©r√™t culturel pour cette peinture de la dynastie manchoue agonisante.