Le naufrageur

DE FILIPPO Francesco

Sombre récit pour décrire les errances de Pjota, adolescent albanais et bandit innocent. Issu d’un milieu sordide où règnent misère, sexe et violence, il puise dans la lecture des illusions candides et un immense besoin d’affection. Il est embauché par son oncle, chef de la mafia locale, qui en fait un naufrageur des bateaux porteurs de drogue et son amant. Il fuit en Italie mais ne parvient pas à s’intégrer ; son passé et sa culture albanaise lui collent à la peau. Il aboutit dans un centre pour clandestins et tombe amoureux d’une petite prostituée venue des pays de l’Est. Malgré tout, ce n’est que tardivement qu’il abandonne ses rêves.

 

L’auteur, journaliste, décrit avec une apparence de véracité l’univers de la mafia albanaise et donne une vision sans concessions de l’exploitation des filles de l’Est, prostituées de force. Le langage cru, vulgaire, traduit parfaitement l’abaissement moral des proxénètes pour qui les femmes ne sont que de vils objets commerciaux. La partie romanesque du livre est sans intérêt.