Le mal d’aimer

CAMPBELL Drusilla

Mars 2010, la belle Simone Duran passe devant le tribunal de San Diego, Californie, pour tentative de meurtre sur ses enfants. Sa soeur Roxanne se demande comment elle a pu en arriver à cet extrémité. Toutes deux, élevées par une mère égocentrique, ont eu une enfance difficile. L’aînée a toujours pris en charge la seconde qui faisait preuve d’immaturité, jusqu’à son mariage avec le riche et séduisant Johnny Duran. Simone, déjà fragile, subit grossesse sur grossesse sans mettre au monde le fils tant espéré. Sa santé mentale se dégrade… Drusilla Campbell, australienne vivant aux États-Unis, décrit dans ce premier roman traduit en français les ravages de la dépression post-partum. Le personnage de Simone est en grande partie inspiré par la propre mère de la romancière et l’histoire de la famille – mis à part le contexte social différent – est largement autobiographique. Dans un style sans relief, l’auteur trace les portraits de quatre générations de femmes prisonnières de leurs problèmes et soumises aux diktats tacites d’un certain milieu. Cette lecture crée un certain malaise.