Le jardin vu du Ciel.

DEMBO Richard

La vocation missionnaire du j√©suite italien Castiglione le conduit en Chine en 1715. Il y prend le nom de Lang Shining, ou ¬ę la vie calme ¬Ľ. Il y mourra en 1766. Son talent de peintre lui vaut d’√™tre introduit dans le milieu raffin√© des artistes de la cour imp√©riale, jaloux malheureusement de la faveur dont il jouit. Son attachement d’Occidental √† la perspective en peinture est de plus en totale contradiction avec leur refus de confondre le r√©el et l’apparence. Il tentera le compromis entre les deux conceptions. Sur le tard seulement, il aura le bonheur de pouvoir √©difier un jardin ob√©issant aux lois de la perspective. Richard Dembo ne raconte pas uniquement l’histoire de l’homme convaincu dans ses moments de d√©sespoir de ne jamais voir la Chine changer ou l’empereur se convertir. Il d√©crit les rituels de la peinture chinoise, depuis la pr√©paration de l’encre et des pinceaux jusqu’au travail de reproduction sur papier d’√©corce de m√Ľrier ou rouleaux de soie. D’une nature diff√©rente du Pouvoir de l’illusion (N.B. mars 2003), ce r√©cit posthume, dans sa belle √©criture, int√©resse autant qu’il touche.