Le crime de Julian Wells

COOK Thomas H.

Pourquoi l’écrivain Philip Anders s’est-il suicidé en s’ouvrant les veines dans une barque sur un étang de sa propriété des États-Unis ? Son ami Julian Wells va s’efforcer de répondre à cette question, aidé par la soeur du défunt, au cours d’une enquête sur les différents lieux où se situaient les actions de ses romans. Leur recherche s’oriente sur la disparition inexpliquée d’une jolie guide et va se dérouler en Argentine, à Oradour-sur-Glane, en passant par la Hongrie et l’Ukraine pour finir aux… États-Unis. Dans ce texte essentiellement consacré au mensonge, à la duplicité et à l’art de la dissimulation, Thomas H. Cook (Le dernier message de Sandrine Madison, NB mai 2014) nous entraîne dans un pèlerinage sur trois continents ayant pour finalité de démontrer que « le bien est le meilleur déguisement du mal ». Décrivant en détail des affaires délicates, voire louches, et des personnages bien peu fréquentables qui jouent avec la psychologie de leurs adversaires, il fait un peu traîner les descriptions, mais, en écrivain confirmé, il sait cependant construire un bon scénario et amener à un dénouement inattendu. (J.M. et M.Bi.)