Le canard, la mort et la tulipe

ERLBRUCH Wolf

& & & &

 

Le canard a senti une prĂ©sence : « Qui es tu ? ». RĂ©ponse simple :«  Je suis la mort ». « Tu viens me chercher ? ». RĂ©ponse Ă©vasive : « Je suis dans les parages, depuis que tu es nĂ©. » Un dialogue s’instaure. Les maladies ? Mais c’est la vie qui les apporte ; Ă  l’interrogation sur les diffĂ©rents on-dit sur l’au-delĂ , la mort n’a pas de rĂ©ponse : « c’est possible ». Et le canard partage un moment de vie, presque une amitiĂ© avec cette mort fĂ©minine, dans sa longue robe, doucement attentive, familiĂšre : pas de majuscule Ă  son nom. Puis l’envie de barboter faiblit, le canard a froid, il ne respire plus. La mort place alors sa tulipe violette sur la poitrine de son ami et tendrement le dĂ©pose sur le fleuve qui l’emporte au loin
 

Vie et mort indissolublement liĂ©es : un message pas Ă©vident Ă  faire passer aux plus jeunes et qui fait Ă©cho Ă  un autre livre de l’auteur, La grande question (LJA, mars 2004). Du dĂ©cor dĂ©pouillĂ©, de la belle justesse des attitudes des deux personnages stylisĂ©s et de leurs Ă©changes, si simples mais si subtils, naĂźt un Ă©tonnant sentiment de sĂ©rĂ©nitĂ© oĂč peuvent se faire jour de nouvelles interrogations. Mais il faudra savoir prendre son temps pour ouvrir ce livre prĂ©cieux, c’est essentiel !