L’ange du Namib.

CHABAS Jean-François

& & & &  

 

En 1930, Arthur Jarnes May h√©rite √† dix-neuf ans d’une des plus grosses fortunes du monde. Dans l’incapacit√© de g√©rer son patrimoine, il ne peut pas envisager une vie laborieuse : dans son milieu, et dans l’Angleterre des ann√©es 30, cela ne se fait pas . Mais il faut¬†¬ę s’occuper ¬Ľ et ses caprices le m√®nent vers les sports extr√™mes o√Ļ il collectionne les accidents. L’aviation augmente les risques. Berbick, l’ancien chauffeur de son p√®re, sauve la situation : il poss√®de le bagage technique n√©cessaire. √Čtranger aux √©v√©nements mondiaux pr√©occupants et ne s’inqui√©tant pas des rapaces qui dilapident sa fortune, Arthur May se rend au Kenya. Avec son fid√®le Berbick il atteint enfin Na√Įrobi et ses √©merveillements. La morsure d’un cobra pour l’un,¬† d’un scorpion pour l’autre marque un tournant de la vie d’Arthur, avec la br√®ve mais capitale rencontre d’une femme exceptionnelle qui lui ouvre les yeux sur la r√©alit√© de la vie.¬†

Presque centenaire, le narrateur ¬† se situe d√®s les premi√®res lignes – ¬ę Je ne suis plus du tout celui que j’ai √©t√©…¬Ľ – et porte tout au long d’un r√©cit captivant un regard sans complaisance sur sa personne, dans une autocritique √† l’humour savoureux. D√©crivant le comportement d’un richissime enfant g√Ęt√©, les raisons de l’inconditionnelle affection de Berrick,¬† mais aussi l’attraction des Europ√©ens pour l’Afrique dans les ann√©es 30, l’√©criture rapide et juste s√©duit de bout en bout.

P.C.