Lady Crown (Ellis ; 1)

LATOUR SĂ©bastien, GRIFFO

& &  

 

New York : au pied de la statue de la LibertĂ©, dĂ©bute la quĂȘte de Crown pour retrouver les assassins de son pĂšre. Seulement Crown n’est pas celui qu’il croit et ne sait pas qu’il est manipulĂ© par le groupe Ellis qui combat les « ÉphĂ©mĂšres », ces ectoplasmes engendrĂ©s par les dĂ©lires oniriques de certains humains. Peu Ă  peu l’histoire bascule dans une autre rĂ©alitĂ© qui, paradoxalement, fait la part belle aux rĂȘves. Qui gagnera le combat final entre la rĂ©alitĂ© et le cauchemar des « abominations » ?

Un dessin inspirĂ© des comics amĂ©ricains et un dĂ©coupage nerveux aux couleurs nimbĂ©es de flou crĂ©ent une atmosphĂšre en cohĂ©rence avec l’intrigue, originale mais lĂ©gĂšrement brumeuse. Un tome dĂ©diĂ© Ă  la mise en place de l’intrigue et des personnages mais qui n’en oublie pas pour autant l’action. Pour peu qu’on accepte le postulat de base, l’histoire fonctionne et on se prend Ă  attendre la suite.