La zone d’inconfort

FRANZEN Jonathan

Il faut certainement porter une affection particuli√®re √† Jonathan Franzen pour appr√©cier ses tranches de vie autobiographiques narr√©es par le menu et dont, malgr√© quelques bons passages et quelques traits d‚Äôhumour picor√©s √ß√† et l√†, l‚Äôensemble reste plut√īt fastidieux. Cet autoportrait d‚Äôun enfant am√©ricain moyen, l‚Äôauteur, coinc√© entre un p√®re tr√®s aust√®re et une m√®re tr√®s √† cheval sur les convenances, d√©peint la construction d‚Äôun individu peu sociable, gauche, renferm√© sur lui-m√™me, tiraill√© entre le respect de ce l‚Äôon attend de lui et le d√©sir de laisser libre cours √† sa nature espi√®gle. Que ce soit √† travers son identification √† Charlie Brown et son admiration pour Snoopy, son implication dans un groupe religieux en pleine recherche d‚Äôid√©al ou sa d√©couverte de la litt√©rature, de la langue allemande et de la sexualit√©, ce r√©cit t√©moigne d‚Äôune recherche vaine de l‚Äôintimit√© avec les autres. Une v√©ritable d√©ception apr√®s la d√©couverte des Corrections (NB octobre 2002).