La vie qui m’entoure par Ellen Foster.

GIBBONS Kaye

& & &

 

Suite de Ellen Foster qui connut un √©norme succ√®s aux √Čtats-Unis, le roman commence quand l‚Äôh√©ro√Įne de quinze ans √©crit, en septembre 1914, √† la prestigieuse universit√© de Harvard pour y entrer malgr√© son jeune √Ęge¬†; il se termine par la r√©ponse √† sa lettre √† No√ęl 1915. Entre temps, douze chapitres nous font d√©couvrir sa vie, ses amis, son univers, avec le poids d‚Äôune famille lourde √† porter¬†: sa m√®re s‚Äôest suicid√©e √† cause de son p√®re alcoolique, sa tante l‚Äôa rejet√©e, Laura devient sa m√®re adoptive. Assoiff√©e d‚Äôaffection, surdou√©e, g√©n√©reuse et fine, Ellen analyse ses r√©actions en face des autres, sa lutte pour faire changer le monde dans lequel elle vit.

 

Le ton est d√©licieux, intimiste (Cf. Les clairvoyantes, N.B. jan. 2005)¬†: il est souvent plein d‚Äôhumour pour √©voquer les personnages hauts en couleur et truculents du sud des √Čtats-Unis, familier √† Kaye Gibbons qui en est originaire et en reprend le parler.