La route sombre

MA Jian

Dans un village de Chine, Kongzi, instituteur et père d’une fillette de deux ans, espère avoir un fils malgré la loi. Sa femme est enceinte de sept mois lorsque la campagne de stérilisation atteint leur bourgade. D’escale en escale, leur fuite en bateau sur le Yangtzé ne sera plus qu’une succession de drames jusqu’à la ville dépotoir que semblent ignorer les autorités, objectif de leur longue errance. Si le monde rural sert de cadre au roman, la politique répressive du Parti, mise en oeuvre avec brutalité par les membres du planning familial et les naissances illégales en sont les thèmes principaux. Les dialogues entre fugitifs permettent à l’auteur de Chienne de vie (NB juin 1991), aujourd’hui en exil, de dénoncer les pratiques barbares d’avortements forcés et de trafic de foetus, la corruption, la pollution de l’air et des rivières, les camps d’internement et le nouveau règne de l’argent devenu « seule religion du gouvernement ». Ce terrible réquisitoire contre la politique du Parti est un livre choc, parfois insupportable, qui heurte nos valeurs et notre sensibilité occidentales. Il est entrecoupé d’épisodes oniriques donnant au livre, et à l’épilogue en particulier, une dimension poétique qui en atténue la brutalité.