La MĂ©thode Stanislavski.

LEGENDRE Claire

Pensionnaire Ă  la villa MĂ©dicis Ă  Rome, Graziella s’empare d’un fait divers – la cavale d’un violeur et assassin de jeunes femmes dans les trains français – pour en faire une piĂšce de thĂ©Ăątre. Son collĂšgue roumain, Vlad, metteur en scĂšne, engage une jeune comĂ©dienne ambitieuse pour jouer la victime, et, pour le rĂŽle du tueur, un jeune taulard maghrĂ©bin rĂ©cemment libĂ©rĂ©. Mais la comĂ©dienne est assassinĂ©e. Tout le monde est soupçonnĂ© : metteur en scĂšne, commanditaire, auteure, comĂ©dien.

 

La restitution de la vie nonchalante et aisĂ©e des occupants de la Villa MĂ©dicis est distrayante. Loin des excĂšs de Viande (NB octobre 1999), ce roman s’apparente Ă  un polar sage, sa facture plutĂŽt classique cachant une tentative d’autofiction originale bien que trop diserte. Le dramaturge russe Stanislavski exigeait de ses comĂ©diens qu’ils utilisent les Ă©motions de leur vie personnelle pour habiter d’une Ă©motion rĂ©elle le personnage qu’ils incarnaient sur scĂšne. De mĂȘme, l’auteure et l’hĂ©roĂŻne du livre semblent avoir voulu utiliser les Ă©motions dĂ©clenchĂ©es chez elle (s) par un fait divers rĂ©el de l’annĂ©e 2001 pour imaginer une fiction au plus prĂšs du rĂ©el.