La maison du soleil levant

BURKE James Lee

En 1916, la guerre fait rage sur la frontière entre les États-Unis et le Mexique et les belligérants s’entretuent sans états d’âme. Hackberry Holland et sa monture, quasi morts de soif, découvrent au fond d’un canyon une maison resplendissante. L’ancien ranger a tué, volé un cheval et un curieux objet votif. Il rentre chez lui après un long périple, mais sa vie privée est compliquée. De deux « mariages » ratés lui reste un fils, Ismaël, dont il ne s’est guère occupé, qui reviendra brisé de la guerre de 14-18.   Le créateur de la série Dave Robicheaux (Creole belle, NB juillet-août 2014) reprend, dans le personnage de Hackberry Holland, le héros avec lequel il a débuté sa carrière. Dans ce western du XXe siècle, entre la révolution mexicaine et un Texas en pleine mutation, il détaille les états d’âme de Holland, décrit ses mésaventures : traque obstinée pour libérer son fils otage du trafiquant d’armes, démêlés, drôles parfois, avec ses femmes… et son alcoolisme atavique qui fait échouer ses tentatives, souvent sincères, de rédemption. Malgré trop de longueurs et des répétitions, le récit, traversé de passages d’une beauté fulgurante, démontre pourtant que l’auteur n’a rien perdu de son grand talent de conteur. (M.Bi. et M.Bo.)