La guerre au bout du couloir

L√ČON Christophe

Juin 1962 en Alg√©rie. Chacun fait mine de croire que les diff√©rentes communaut√©s, la musulmane, la catholique et la juive cohabitent en harmonie. √Ä Oran, le p√®re de Momo ne cache pas sa condescendance vis-√†-vis de ceux qu’on appelle les ¬ę indig√®nes ¬Ľ. Le 1er juillet 1962 l’ind√©pendance de l’Alg√©rie vient bouleverser la vie quotidienne de chacun, avec son cort√®ge de troubles. Momo se retrouve seul et il voudrait bien trouver de l’aide pour changer les couches de son petit fr√®re Alain ; il √©chappe in extremis √† une raffle gr√Ęce √† Imran, le vieil arabe vendeur de l√©gumes. Dans son gourbi, les deux enfants sont accueillis par toute la famille et d√©couvrent une vie bien diff√©rente de celle des pieds noirs.

Bien √©crit, d’un style peut-√™tre un peu surann√©, le r√©cit simple, spontan√©, parfois humoristique, rend bien les diff√©rentes ambiances : avant et apr√®s la d√©claration d’ind√©pendance. Les personnages sont attachants. Le passage constant du pr√©sent au souvenir de Momo n’est pas difficile √† suivre, mais peut-√™tre le roman manque-t-il d’un peu d’action.

M-F.L.G. et M.T.