La gouvernante.

JOSS Morag

Jean en √©tait √† sa cinquante-huiti√®me maison¬†: seule, sans attache, elle √©tait la gouvernante parfaite, pendant l‚Äôabsence parfois longue des propri√©taires de Walden Manor, une maison pleine d‚Äôobjets anciens, de tr√®s vieux livres, baign√©e dans la lumi√®re du jour et les odeurs du jardin. Jean avait dans la poche de son cardigan la lettre de l‚Äôagence¬† mettant fin quelques mois plus tard √† leur collaboration. Est-ce l√† que tout a commenc√©¬†? Elle s‚Äôest invent√©e une ni√®ce en Australie et un fils recrut√© par annonce, elle voulait une famille. C‚Äôest ainsi que Michael, petit voleur d‚Äôantiquit√©s, Steph, enceinte, plaqu√©e par son homme, aboutissent dans la propri√©t√©. Ils s‚Äôinstallent, sauv√©s par la maison et ses exigences, repoussant tr√®s loin l‚Äôid√©e de retour des propri√©taires. Pourtant ils vont √™tre amen√©s √† d√©fendre ‚Äúleur‚ÄĚ territoire.

 

Un thriller très psychologique, moment suspendu, délicieusement immoral, entre bonheur et angoisse diffuse : le temps passe comme un étau qui se resserre jusqu’à l’explosion finale. Pour ce bon premier roman publié en France, l’auteur a reçu un prestigieux prix de littérature policière.