La fille du monstre

AUBRY Florence

Tess est en classe quand on lui apprend que son p√®re a eu un accident de chasse. Totalement impossible selon elle, puisqu’il √©tait parti le matin pour une conf√©rence √† Bruxelles, et qu’il d√©testait en outre tuer les animaux. Mais la r√©alit√© s’impose, quelque chose d’irr√©versible est arriv√©. Tess d√©couvre alors une lettre de sa m√®re pouvant expliquer le geste d√©sesp√©r√© de celui qui est en soins intensifs, totalement d√©figur√©. √Ä qui, √† quoi pense-t-on quand on s’appr√™te √† se suicider, se demande-t-elle ?¬†¬†¬†Le besoin de comprendre lui permet de diss√©quer ses propres sentiments : regrets, col√®re devant la d√©cision funeste, reproches envers sa m√®re responsable de d√©samour, incompr√©hension, honte face au regard des autres sur ¬†¬Ľ le monstre¬†¬Ľ . Mais l’amour inconditionnel que l’adolescente voue √† son p√®re l’aide √† surmonter les √©preuves. Avec patience, elle l’aide √† retrouver l¬īestime de soi.¬† Parall√®lement √† la reconstruction chirurgicale de l’un, l’autre fait sa propre th√©rapie psychanalytique en d√©couvrant les vraies valeurs de l’amiti√©. (M.-C.D. et J.J.)¬†