La fille de Staline.

SCHAD Martha

& &

 

De La fille de Staline, surgit une enfant priv√©e √† six ans de l‚Äôaffection de sa m√®re ‚Äúsuicid√©e‚ÄĚ en 1932 et affront√©e au dictateur impitoyable que fut son p√®re pour lequel elle √©prouvait, cependant, de l‚Äôaffection malgr√© ses col√®res et son autoritarisme. Appara√ģt ensuite une femme d√©sorient√©e qui voit dispara√ģtre nombre de ses proches, d√©port√©s ou assassin√©s¬†; une femme amoureuse qui collectionna maris et compagnons et courut toute sa vie apr√®s le bonheur conjugal et familial¬†; une m√®re excessive ou indiff√©rente qui abandonna ses enfants russes, Katia et Ossia, en 1967, lors de sa fuite aux √Čtats-Unis¬†; une femme impulsive passant de la Russie √† l‚ÄôInde, aux √Čtats-Unis, √† la Grande-Bretagne, avec retour √† Moscou, puis en G√©orgie et nouveau d√©part pour les √Čtats-Unis¬†; une femme mystique, bri√®vement novice dans un couvent anglais en 1993¬†; une femme esseul√©e qui, √† quatre-vingts ans, vit modestement dans le Wisconsin loin d‚ÄôOlga, sa fille am√©ricaine, et de sa Russie natale.

 

Cette biographie saccadée, partielle et d’intérêt variable fait scintiller les facettes multiples d’une personnalité fantasque et toujours insatisfaite, bringuebalée par les cahots d’une existence hors normes.