La fille de Kafka.

LEIRNER Giselda

Bien difficile de pr√©ciser l’identit√© des narratrices de ces dix r√©cits d√©concertants. Il semble que la pr√©tendue fille naturelle de Kafka appartienne au domaine de la fiction et soit pr√©texte √† une √©vocation de l’√©crivain praguois, de sa famille juive. La plus longue de ces nouvelles est le r√©cit du drame v√©cu par Milena, unique survivante d’une riche famille juive : elle a perdu parents et enfant, son mari l’a quitt√©e pour √©migrer. Elle est irr√©m√©diablement seule. Quelques-uns de ces textes sont compl√®tement herm√©tiques.

La caract√©ristique de ce recueil est sa tonalit√© tr√®s sombre. Les personnages ont connu des trag√©dies, leur solitude est sans rem√®de, ils se d√©chirent dans un monde d’o√Ļ la tendresse est absente. Le malheur juif est obs√©dant. Giselda Leirner, Br√©silienne, est un peintre connu. A-t-elle voulu exorciser par l’√©criture les fant√īmes de son pass√© familial ? Son style sobre est d’une grande efficacit√©.