Feu occulte.

CRANE Elizabeth

Seize nouvelles mettent en sc√®ne des c√©libataires bourgeoises et intellectuelles, originales et peu conventionnelles, √† la recherche de l’amour‚Ķ Elles habitent New York ou Washington, sont plus ou moins solitaires, d√©prim√©es, alcooliques, vivent des histoires tragicomiques. D√©rision, simulation, hallucinations et fantasmes les aident √† surmonter leur mal-√™tre. Une femme vient d’√©crire sa biographie dont on va faire un film, l’actrice qui l’incarne veut tout savoir sur elle, √† tel point qu’elle finira par la remplacer‚Ķ Une autre s’installe dans le solarium du dernier √©tage d’un immeuble et refuse d’en descendre‚Ķ Il y a aussi celle qui pr√©tend √™tre alcoolique, se joignant aux Alcooliques Anonymes, parce que dans une ambiance bienveillante‚Ķ c’est un vivier d’hommes seuls.

¬†Ce premier livre d’Elizabeth Crane – qui se destinait √† l’Op√©ra -, par son humour assez cynique et sophistiqu√©, typiquement new-yorkais, peut plaire ou exasp√©rer suivant les sensibilit√©s.