La Femme aux Cheveux roux

PAMUK Orhan

Cem Bey vit seul avec sa mère depuis que son père les a abandonnés lorsqu’il était enfant. À seize ans, pour payer ses études, il se fait embaucher par un maître-puisatier pour creuser un puits dans une zone aride proche d’Istanbul. Un jour, dans le village voisin, il aperçoit une femme aux cheveux roux. Cette rencontre change le cours de sa vie.   La relation père/fils, fondamentale dans la construction d’un adolescent, est au centre du dernier roman d’Orhan Pamuk (Cette chose étrange en moi, NB octobre 2017) avec, en filigrane, la référence constante à l’Œdipe Roi de Sophocle et au Shâhnâmeh perse, deux mythes qui obsèdent le jeune garçon. Il trouve dans la figure du puisatier, conteur et sorte de chamane de la terre, dans sa sagesse, son obstination, un substitut de ce père perdu et tant admiré. À la façon d’un drame antique, le héros, devenu adulte, hanté par le sentiment d’avoir déçu son maître et par le souvenir de cette femme aux cheveux roux, s’achemine vers son destin. Sont présents en toile de fond les rapports entre l’Orient et l’Occident et la modernisation à marche forcée de la Turquie, thème cher à l’auteur. Un roman intense, subtil, étrange et attachant.  (A.M. et M.-N.P.)