La Chambre solitaire

SHIN Kyong-suk

√Ä trente deux ans, romanci√®re c√©l√®bre, Shin Kyong-suk n’a jamais pu oublier les ann√©es – de ses seize √† dix-neuf ans – o√Ļ elle √©tait ouvri√®re mal pay√©e le jour, lyc√©enne le soir, confin√©e la nuit dans une chambre sinistre avec d’autres jeunes de sa famille. Elle en a tir√© ce roman largement autobiographique pour exorciser ce pass√© douloureux. Ce beau r√©cit empreint tout du long de po√©sie, malgr√© la noirceur du sujet, est aussi un hymne √† la solidarit√© familiale et √† l’importance des rapports humains dans ce pays dur, travailleur qui s’est d√©velopp√© gr√Ęce √† l’effort gigantesque de ses habitants soumis √† un contexte politique autoritaire. Le pr√©sent et le pass√© s’entrem√™lent. Les nombreuses √©vocations culinaires √©gaient la m√©lancolie omnipr√©sente de cet ouvrage subtil, aux personnages attachants, dont on souhaite qu’il ait apais√© son auteur.

 E.G.