Jour de courage

GIRAUD Brigitte

En terminale d’un lyc√©e de la banlieue lyonnaise, Livio s’est lanc√© dans un expos√© marathon : l’autodaf√©, √† Berlin en mai 1993, de la biblioth√®que de l’Institut de Sexologie cr√©√© par Magnus Hirschfeld. D√©√ßu du manque de r√©activit√© de ses copains de classe, il se laisse entra√ģner par sa passion pour le sujet et √©voque en d√©tail l’oeuvre du m√©decin juif homosexuel, cible de la chasse nazie pour ¬ę esprit non-allemand ¬Ľ. Peu √† peu le lyc√©en laisse sourdre malgr√© lui son √©motion et se livre sans fard.¬†Sans jouer sur la corde sensible, Brigitte Giraud (Un loup pour l’homme, NB d√©cembre 2017) rend palpable le malaise d’un jeune d’aujourd’hui face √† l’homophobie ordinaire (au pire), et √† l’incompr√©hension (au mieux). Le drame qui suivra le coming out t√©m√©raire de Livio est annonc√© d√®s le d√©but du roman. La premi√®re partie extensivement consacr√©e √† l’expos√© du lyc√©en est suivie d’une tr√®s courte conclusion qui livre son √©tat d’esprit, son sentiment de solitude et d’exclusion apr√®s sa prestation. Ce d√©s√©quilibre renforce l’impression de g√Ęchis in√©luctable, l’entourage du gar√ßon n’ayant rien vu venir, ou trop tard. Portrait sensible d’un adolescent qui se met en danger pour exister.¬† (T.R. et C.G.)