Deus Ex Machina. (Peter Rob ; 1.)

PISTIS Romuald, CASTILLO Nelson

&

 

L√©onard de Vinci est √† la mode¬†! Cette fois, son manteau, qui ne le quittait jamais, est devenu de nos jours le centre de toutes les convoitises des puissances mondiales. Russes, Am√©ricains et autres veulent se l’approprier, car il d√©tient le secret qui fera progresser l’humanit√© de mani√®re √©tonnante. L’espion fran√ßais envoy√© sur le coup est une jeune femme, parachutiste au caract√®re affirm√©, qui fait appel √† son ami Peter aux capacit√©s √©prouv√©es de gentleman cambrioleur. Il peut en effet, gr√Ęce √† son don de t√©l√©-transportation, subtiliser n’importe quel tr√©sor tel le diamant ‚Äúl’oeil de B√©r√©nice‚ÄĚ ou ce pr√©cieux manteau au pouvoir inconnu et immense…

 

Dans cette forme d’histoire qui allie thriller, magie et fantastique, toute invention est permise √† condition d’√™tre coh√©rente. Ici, les p√©rip√©ties du sc√©nario peinent √† accrocher l’attention. Les ficelles sont grosses, les personnages lointains et peu sympathiques, et le propos peu cr√©dible. Le tout ne peut √™tre sauv√© par des illustrations irr√©guli√®res o√Ļ dessins de qualit√© aux traits pr√©cis alternent avec sc√®nes malhabiles aux couleurs mi√®vres. Que cache donc ce manteau¬†?