Comment s’en mettre plein les poches en Asie mutante

HAMID Mohsin

Dans un pays d’Asie non défini, un gamin, issu d’un village misérable, connaît une ascension fulgurante. Monté avec sa famille à la grande ville grouillante qui se développe dans l’anarchie la plus totale, débrouillard et travailleur, il exploite habilement la corruption et la magouille qui sont les lois du système. Son entreprise de purification de l’eau par ébullition, avec une vieille pompe crachotante et quelques bouteilles récupérées dans des restaurants, devient une multinationale prospère qui surfe sur la mondialisation et la croissance économique de l’Asie. Mais il demeure au fond de lui l’enfant candide qu’il a été, attaché aux valeurs familiales et à un amour d’adolescence qui reste intact. Il est jubilatoire ce « traité d’épanouissement personnel » comme le qualifie avec une fausse gravité son jeune auteur, pakistanais d’origine, qui a vécu entre le Pakistan, Londres et les États-Unis et s’était déjà fait remarquer avec L’Intégriste malgré lui (NB mai 2007). S’adressant directement au héros qu’il tutoie, il en conte les efforts et la pugnacité avec une dérision tendre et savoureuse qui dénonce la misère d’une société fondamentalement inégalitaire. Une poésie mélancolique souligne l’importance de la famille et de l’amitié. Des valeurs bien réconfortantes…