Chansons pour la fille du boucher

MANSEAU Peter

Apr√®s sa rencontre avec Itsik Malpesh √† Baltimore en 1996, un jeune catholique am√©ricain, passionn√© de yiddish, entreprend la traduction des incroyables m√©moires de ce nonag√©naire qui se pr√©tend le plus grand po√®te yiddish am√©ricain. N√© en plein pogrom, Itsik a fui √† dix ans sa Moldavie natale, alors sous la f√©rule antis√©mite de la Russie tsariste. Enlev√© par des bandits, il leur √©chappe et se retrouve √† Odessa o√Ļ il int√®gre la soci√©t√© juive clandestine, puis rallie le New York de la Grande D√©pression avec, pour tout viatique, sa passion pour la po√©sie et son amour d‚Äôenfance, la fille du boucher.

 

Cette autobiographie fictive relie habilement le destin d’Itsik et celui de son jeune traducteur. Mené avec un train d’enfer autour de personnages aussi pétillants que le héros principal, le récit oscille entre burlesque et drame sur fond de violence, de misère et de servitude. Point de pathos dans ce premier roman, mais un sens aigu de la tragi-comédie, un humour revigorant et un hymne à la vie, à l’amour, et à la littérature qui fut, pour Itsik, un radeau de survie.