Cette main qui a pris la mienne

O'FARRELL Maggie

Dans les années soixante, à Londres, Innes, journaliste et critique d’art, partage avec Lexie une passion amoureuse et professionnelle interrompue par la mort d’Innes. Inconsolable, Lexie mène alors courageusement une vie libre et difficile, a un fils Ted qu’elle laisse orphelin. Jeune cinéaste, ce dernier se perd, à la naissance de son propre fils, dans des errances imaginatives inquiétantes, captant sur des visages rencontrés, dans des lieux visités, les bribes d’une enfance dont il ressent les mystères et les meurtrissures. Les deux histoires se rejoignent, s’interpénètrent et s’écrivent sur trois générations.

 

Un magnifique portrait de femme domine cet ouvrage. Hasards, intuitions, permanence des impressions v√©cues recomposent des vies aux multiples interf√©rences o√Ļ l‚Äôamour maternel joue un r√īle pr√©pond√©rant : th√®mes chers √† l‚Äôauteur de L‚Äô√©trange disparition d‚ÄôEsme Lennox (Livre du mois, NB mai 2008). La romanci√®re √©volue avec habilet√© et coh√©rence dans cette accumulation de situations romanesques, en maintient le suspense et, par son √©criture pr√©cise et imag√©e, donne vie et intensit√© √† un r√©cit captivant et tendre.