Ce qui ne tue pas

ABBOTT Rachel

Au bord des falaises de Cornouailles, seul dans sa somptueuse maison, Mark North, photographe talentueux, se remet mal de la mort mystĂ©rieuse de sa femme. L’amour indĂ©fectible que sa soeur Cleo lui porte depuis leur enfance malheureuse protĂšge sa vulnĂ©rabilitĂ© d’artiste en deuil. Jusqu’au jour oĂč Evie, sĂ©duisante mais peu rassurante jeune femme, entre dans sa vie. Les accidents Ă  rĂ©pĂ©titions s’enchaĂźnent jusqu’à ce qu’on retrouve Mark la gorge tranchĂ©e, gisant Ă  cĂŽtĂ© de sa nouvelle compagne, vivante mais horriblement tailladĂ©e.  

Dans ce cinquiĂšme thriller, Rachel Abbott (Une famille trop parfaite, NB mars 2017), la romanciĂšre britannique aux plus de trois millions de lecteurs, enfourche le thĂšme des violences conjugales, sur fond de bras de fer mortel entre deux femmes dont la haine s’alimente d’un lourd secret. Manipulations, peurs, doutes, mensonges, confidences distillĂ©es au compte-gouttes viennent Ă  point nommĂ© entretenir le malaise et poussent le rĂ©cit au paroxysme d’une issue fatale, inattendue. Mis Ă  part le brillant dĂ©roulĂ© du procĂšs d’Evie, on peine Ă  adhĂ©rer aux psychologies simplistes des protagonistes. Sans parler de StĂ©phanie et Gus, policiers en rupture de couple dont la romance est aussi bancale que l’enquĂȘte. Un petit roman policier, vite oubliĂ©. (C.Go. et S.L.)