Carnet d’absences.

GOUJON Patrick

Dans le m√™me immeuble d’une banlieue glauque, le destin de deux adolescents se croise : celui d’une fille, Aube, dont les parents sont s√©par√©s et celui d’un gar√ßon, Benjamin, dont le foyer a √©t√© d√©truit par la mort de la m√®re. L’un et l’autre en grandissant courent apr√®s l’amour perdu et rencontrent d’autres jeunes paum√©s. Que vont-ils devenir, quels r√™ves sont les leurs, de quoi sont faites leurs journ√©es ? Durant douze ans, √† travers leur histoire, c’est l’univers des banlieues d√©favoris√©es que l’auteur veut √† nouveau d√©crire (cf. Moi non, NB juin 2003) : absent√©isme √† l’√©cole, ch√īmage, sexe, alcool, d√©pression. L’√©criture est hach√©e, entrecoup√©e d’argot, de verlan, √† l’image du langage de la rue ; l’atmosph√®re est s√®che, dure, les sentiments remis√©s au fond de l’√Ęme, comme si les exprimer risquait de faire ressurgir la douleur‚Ķ cach√©e, omnipr√©sente. En filigrane, une vive sensibilit√© et l’espoir pr√™t √† rena√ģtre √©meuvent. Si le style fait parfois grincer les dents, la construction est int√©ressante et le r√©cit fort et authentique.