Chroniques de l’asphalte ; 3/5

BENCHETRIT Samuel

La banlieue, ses tours et ses jeunes. Ses jeunes, à l’âge où l’on tombe amoureux. Toutoune, Dédé, Karim et les autres se racontent et commentent leurs aventures sentimentales, réelles ou fantasmées. Les héros du feuilleton Dallas, à la télévision, fournissent des modèles ; les ascenseurs et bus, des lieux de rencontre ; et les pavillons qui jouxtent les tours, des pépinières de jolies filles. Pour le sexe ils osent ou n’osent pas et vivent, dans cet univers ingrat, leurs premiers contes de fées.

 

Samuel Benchetrit poursuit ses Chroniques de l’asphalte (2/5, NB novembre 2007) en quatorze chapitres qui ont la structure de courtes nouvelles unies par le thème qu’elles abordent, l’amour, et par le retour des mêmes personnages. La brièveté de chaque séquence convient parfaitement à l’évocation de ces menues tranches de vie où les coeurs battent plus fort. Le choix fréquent du dialogue garantit la vivacité du récit et si la langue qu’on parle ici est loin d’être châtiée, elle n’est jamais vulgaire, mais au contraire toujours drôle, inventive et poétique. Samuel Benchetrit fait vivre des personnages attachants pour lesquels, cela se sent, il éprouve une grande tendresse.