Cahiers de la guerre et autres textes

DURAS Marguerite

& & & &

 

Gageons que celui qui ouvrira ces Cahiers ne les quittera pas de sitôt. Souvent il aura lu Barrage contre le Pacifique, L’Amant, La Douleur. Il connaîtra déjà la personnalité de Marguerite Duras, née en 1914. Mais ceci, elle l’a écrit (entre 1943 et 1949) pour elle-même, pour ne pas oublier. D’abord son enfance, l’Indochine. Sa mère, veuve, acharnée à faire vivre ses trois enfants, dignement. Les corrections maternelles, puis celles de son frère. Sa soumission, sa naïveté. À quatorze ans, survient un soupirant riche mais annamite que la famille exploite. Viennent les années de guerre, un écrit sur la torture, la déportation de son époux, l’attente de son retour, insoutenable. Puis une étude mi-humoristique mi-grave du comportement de sa concierge.

 

Souvenirs autobiographiques, ébauches de romans, courtes pochades, tout est passionnant. L’écriture est fluide, ni recherchée, ni travaillée (sauf dans le dernier écrit). Mais belle, tout simplement. On est tenté d’en reprendre la lecture, de revivre ces parcelles de vie, de voir battre un coeur.