Bret Easton Ellis et les autres chiens

WOLFF Lina

Araceli, jeune étudiante à la forte personnalité, vit seule avec sa mère dans un quartier pauvre de Barcelone. Toutes deux s’intéressent beaucoup à leur voisine du dessous, une certaine Alba Cambo qui écrit des nouvelles dans un quotidien. Elle est atteinte d’un cancer gravissime et semble avoir une grosse influence sur son entourage.   Ce deuxième ouvrage de Lina Wolff (Les amants polyglottes, NB janvier-février 2018), est assez décousu et déconcertant. Il est difficile d’en discerner le véritable propos. Tout tourne autour du personnage de la fameuse Alba. Ses fréquentations, ses amis, ses amants, les intrigues qu’elle bâtit autour d’eux, les pièges dans lesquels elle les entraîne donnent lieu à des épisodes tantôt loufoques, tantôt tragiques, voire glauques, à l’image de ses nouvelles dont deux, et non des moins noires, sont intégrées au roman. Ajoutons à cela la référence à la gent canine comparée aux humains qui complète le tableau. L’écriture est élégante, émaillée parfois de saillies amusantes bien que profondément pessimistes. Mais cela ne suffit cependant pas à convaincre. On reste sur une impression mitigée.  (M.-F.C. et M.-N.P.)