Au bon roman

COSS√Č Laurence

Ivan et Francesca, respectivement libraire et m√©c√®ne, ont le m√™me d√©sir : cr√©er une librairie id√©ale dans laquelle ne figureraient que des romans d’auteurs principalement fran√ßais, mais aussi √©trangers, contemporains ou non, et tous excellents ! Ils ouvrent cette librairie √† Paris, au Quartier Latin, sous l’enseigne ¬ę Au Bon Roman ¬Ľ. Pour en constituer le fonds, ils s’adressent √† huit √©crivains fous de romans, √† charge pour chacun d’eux de constituer une liste de six cents titres de leur choix, √† compl√©ter chaque ann√©e par des nouveaut√©s s√©lectionn√©es parmi les meilleures. Au d√©part, leur entreprise est couronn√©e de succ√®s, puis les choses se g√Ętent pour leur comit√© de s√©lection. Comment pouvaient-ils imaginer de quel prix ils paieraient leur passion pour la litt√©rature !

Un récit enlevé qui, sous des dehors trompeurs de roman policier, constitue une charge joyeusement féroce sur le monde des lettres : auteurs, éditeurs, critiques littéraires, libraires et marchands de livres… Même si ceux-ci apparaissent le plus souvent sous forme codée Рils sont difficilement reconnaissables pour les non-initiés Рle lecteur retrouve avec délice la plume originale et particulièrement jubilatoire de Laurence Cossé (Cf. Le coin du voile, N.B. oct. 1996). Nul doute que ses ouvrages auraient été sélectionnés pour la librairie Au bon roman.

M-A.B. et M-H. J.