Vice et Versailles : crimes, trahisons et autres empoisonnements au palais du Roi-Soleil

BARATON Alain

Dès sa première visite à Versailles, âgé de douze ans, Alain Baraton a été frappé par les sculptures ornant les jardins représentant des scènes mythologiques effrayantes et par les tableaux du Château inspirés de scènes historiques barbares. C’est une entrée en matière, pour narrer, pêle-mêle, les empoisonnements, les assassinats, les complots, les débauches, les puanteurs, et les suicides qui s’y sont perpétrés.

Pour Alain Baraton (L’amour à Versailles, NB septembre 2009), jardinier en chef du domaine du Trianon et du Grand Parc, ces sites n’ont plus de secret. Médiatisé par ses chroniques de jardinage à la radio et à la télévision, il s’improvise historien. Sur un ton léger, souvent badin, en courts chapitres, il raconte, sans respecter vraiment la chronologie, une multitude d’anecdotes, plus noires les unes que les autres, illustrant l’envers du décor. Il a recensé avec un plaisir certain, turpitudes et horreurs dont la résidence du Roi Soleil a été le théâtre jusqu’à aujourd’hui, mais il arrive à saturer le lecteur.