Histoire des favoris

SOLNON Jean-François

Un favori partage l’intimitĂ© du prince et exerce un certain ascendant sur lui. La mĂ©moire collective n’a jamais Ă©tĂ© bienveillante avec eux. DĂšs la Renaissance, les mignons d’Henri III, les amis d’Élisabeth d’Angleterre ont rempli le vide affectif des souverains, sans qu’il y ait forcĂ©ment des rapports physiques. Au XVIIe siĂšcle, on connaĂźt Buckingham, Concini, Luynes et Cinq-Mars, et plus tard, Lerma en Espagne, Struensee au Danemark, Godoy en Espagne, Potemkine en Russie. Au XIXe siĂšcle, Decazes auprĂšs de Louis XVIII et Disraeli auprĂšs de la reine Victoria. Souvent gagnĂ©s par le goĂ»t du pouvoir, ils ont accumulĂ© des richesses et se sont fait dĂ©tester, pourtant ils ont parfois rendu de grands services. Cette Ă©tude due Ă  un historien (Versailles : vĂ©ritĂ©s et lĂ©gendes – NB novembre 2017) est parfaitement documentĂ©e, agrĂ©able Ă  lire et passionnante car elle aborde l’Histoire sous un angle original. (D.C. et B.Ta.)