Une autobiographie

YOUNG Neil

Neil Young, rock star d’origine canadienne, décide à soixante-cinq ans d’arrêter la cigarette, l’alcool, la drogue, et d’écrire ses mémoires. Depuis qu’il est « clean », la muse (musicale) ne le visite plus. Il a d’autres passions : les belles voitures, l’écologie, une start up. À l’instar de Bob Dylan, qu’il admire beaucoup, il revisite sa jeunesse dans des allers-retours inattendus. Une vie marquée par sa famille, ses copains (célèbres), ses expériences de musicien en solo, ou avec des groupes, le LSD. Quelques bides, de grands succès, de la route toujours, dans d’incroyables véhicules aménagés en camping-car de luxe. Ses blessures : le divorce de ses parents, ses ennuis de santé, son fils handicapé. De grands bonheurs : la musique, sa femme Pegi, ses trois enfants. Un document intéressant si l’on apprécie la pop music et les hippies. Un regard sur l’Amérique des années soixante jusqu’à aujourd’hui. Une rédaction décousue et un style maladroit, répétitif, une absence de chronologie peuvent gêner.