Un ravioli ne fait pas le printemps

TELLIER Dominique

Depuis sa chambre Kosmo a creus√© un tunnel pour se rendre en Chine. Il arrive dans un pauvre petit village o√Ļ une aimable grand-m√®re l√©g√®rement moustachue et une ravissante jeune fille r√©pondant au doux nom de Liu lui offrent un bol de raviolis. La nuit venue Kosmo est r√©veill√© par un appel √† l’aide : c’est le rescap√© du d√©licieux repas, un ravioli r√©pondant au nom de Jiaozi en qu√™te d’immortalit√©. Kosmo d√©cide de l’accompagner. Au cours de ses p√©r√©grinations, il perd de vue le ravioli aval√© par un corbeau, rencontre un buffle, immortel de second r√īle, retrouve Liu la jeune fille muette.¬†Le roman prend ses aises avec le r√©alisme, entra√ģnant dans un univers proche du conte o√Ļ raviolis, animaux et objets peuvent parler, et les langues √©trang√®res s’apprendre en quelques heures. La qu√™te de Kosmo, vers l’immortalit√© puis l’amour, est l’occasion d’une initiation rapide aux cultures chinoises et tib√©taines. Cette fantaisie l√©g√®re, parfois loufoque, peut d√©router ou agacer. Mais si l’on accepte de se laisser entra√ģner, le voyage sem√© d’impr√©vus, d’embuches (et d’apart√©s humoristiques) du jeune gar√ßon, de P√©kin √† Xi’an en passant par Lhassa, amuse et divertit.¬†