Un professeur sentimental : carnet de notes.

HENRI Catherine

Avec un r√©alisme implacable, ces vingt-cinq ¬ę¬†feuilles¬†¬Ľ (dont quelques chroniques du ¬ę Monde de l’√©ducation ¬Ľ) t√©moignent de la difficult√© d’enseigner dans un lyc√©e d√©favoris√© : les sujets d’actualit√© – scolaire et soci√©tale – (violence, voile, pass√©isme, virtuel‚Ķ) et leurs ¬ę¬†passerelles¬†¬Ľ romanesques abondent. Les digressions dans la litt√©rature et l’architecture (Rousseau, Balzac, Barthes, Gaudi‚Ķ) sont √† l’image du vagabondage n√©cessit√© par l’apprentissage des lettres‚Ķ Le ¬ę¬†prof¬†¬Ľ ne peut transf√©rer des connaissances dans l’indiff√©rence. Le bruit de fond du monde ext√©rieur est assourdissant et biaise l’enseignement dispens√© : ch√īmage, sexualit√© d√©voy√©e, t√©l√©vision normalisante, discrimination multiforme‚Ķ

Normalienne agr√©g√©e de lettres, Catherine Henri base ses ¬ę¬†feuilles¬†¬Ľ sur des sensations : visages et situations priment sur les raisonnements ou conclusions. Si certaines citations et digressions semblent inutiles, si le vocabulaire utilis√© est parfois complexe (diacritique, oxymore, c√©nesth√©sie, apocope, notule ‚Ķ), la d√©r√©liction adolescente et le hiatus croissant entre litt√©rature et univers ext√©rieur sont finement analys√©s.